[ fr ]

Charte des examens

Mise à jour: 22 septembre 2009.

(votée par le CEVU du 15/05/95 et le CA du 22/05/95 et actualisée par le CEVU du 17/06/2002 et ratifiée par le CA du 24/06/2002)

La charte des examens a pour but d’assurer la régularité dans la forme des examens de l’Université afin de garantir la qualité des diplômes décernés et, à cette fin, elle énonce des principes et énumère des droits et devoirs des enseignants, des étudiants et des personnels administratifs de l’Université.

Elle s’applique à toutes les UFR, instituts et services communs pour tous les partiels de la formule d’examen standard et pour tous les examens terminaux des formules d’examen standard, pour l’enseignement à distance et dérogatoire.

Les mêmes règles s’appliquent en principe aux étudiants présentant un handicap, y compris lorsqu’ils bénéficient d’aménagements en leur faveur (temps majoré, assistance d’un secrétariat ou aide technique, etc.).

1/ LES ENSEIGNANTS

Les enseignants doivent, pour les matières dont ils ont la responsabilité, fournir un sujet, en précisant la durée de l’épreuve, la modalité et, s’il y a lieu, les documents et matériels autorisés pour cette épreuve.

Ils doivent surveiller personnellement et effectivement le déroulement de l’examen, en corriger les copies, reporter les notes sur les documents adéquats et participer aux délibérations de jury rendant ces notes définitives, et, conformément aux dispositions réglementaires, ils doivent recevoir les étudiants qui en font la demande après la délibération.

2/ LES ETUDIANTS

L’étudiant doit respecter les règles usuelles des examens ainsi que celles qui sont propres à l’épreuve qui leur est proposée. Il est notamment rappelé :

1) L’étudiant doit composer personnellement et seul, sous réserve des dispositions applicables aux étudiants handicapés. Il ne doit pas communiquer avec les étudiants qui composent dans la même salle.

2) Les étudiants présentant un handicap (provisoire ou permanent) doivent obligatoirement avoir consulté le service de Médecine Préventive (SMPU) avant la période de préparation des sessions d’examens. Le SMPU détermine les mesures d’aménagements spécifiques (temps majoré, assistance technique, secrétariat...) individuelles et les communique aux UFR.

Les problèmes particuliers dans les cas exceptionnels où certaines règles communes s’avèreraient inapplicables aux étudiants handicapés bénéficiant de mesures d’aménagements devront être examinés et réglés, dans la période de préparation de chaque session, par une commission réunissant, sous le présidence du Vice-Président du CEVU, les responsables du SMPU, du Service Handicaps et Accessibilités, les responsables administratifs et les responsables pédagogiques (le directeur de l’UFR ou un enseignant appartenant à l’équipe de direction de l’UFR) de chaque UFR. En cas d’urgence, les décisions devront être prises par le Directeur de l’UFR ou son représentant. Les litiges sont tranchés par le Président de l’Université.

3) L’étudiant ne doit pas conserver par-devers lui de documents relatifs à l’épreuve en cours sauf indications contraires portées sur le sujet. Quand des documents, nécessaires à l’épreuve, sont apportés par l’étudiant, ils sont à son usage et ne doivent pas être communiqués à d’autres. Il ne doit disposer d’aucun matériel de télécommunication.

4) L’étudiant compose sur une copie anonymable, des intercalaires et des brouillons fournis par l’Université. Il doit remettre une copie et une seule, même blanche. Les copies et intercalaires, avant, durant et après l’examen sont et restent la propriété de l’Université.

5) Aucun étudiant ne peut abandonner l’épreuve durant le premier tiers de sa durée, ni avant la formalité d’émargement. Celui qui quitte la salle d’examen sans remettre de copie sera considéré comme défaillant.

6) L’étudiant qui arriverait après la distribution des sujets, est autorisé à composer pendant le temps restant. Il est entendu que cette possibilité n’est accordée que si son retard n’excède pas le tiers du temps de l’épreuve et si aucun sujet n’a été sorti de la salle.

7) Les étudiants ont droit à passer leurs épreuves dans les meilleures conditions. En particulier, ils ne doivent pas être au coude à coude et la circulation du personnel chargé de la surveillance ou de l’émargement, doit être rendue possible en laissant vide une travée sur deux. L’interdiction de fumer prescrite par la loi doit être absolue. Les étudiants ne doivent pas être gênés par des conversations inopportunes.

8) La sortie durant l’épreuve est exceptionnelle, ne peut intervenir avant le premier tiers de sa durée et ne peut être autorisée qu’à un étudiant à la fois dans le cas où la disposition des lieux ne permet pas d’avoir des toilettes attenantes à la salle d’examen. L’étudiant ne devra emporter ni sujet, ni copie, ni communiquer, ni consulter de document ayant trait à l’épreuve. Tout manquement, toute absence indûment prolongée, seront impérativement consigné au procès verbal de l’épreuve.

9) L’étudiant a le droit de voir une fois sa copie d’examen, en présence d’un membre du personnel enseignant ou du personnel administratif, ce droit peut s’exercer pendant une année après la délibération de jury ayant rendu la note définitive. Durant cette consultation, l’Administration ne se dessaisit pas de la copie. L’étudiant peut demander, à ses frais, une reproduction de sa copie d’examen.

3/ LE PERSONNEL ADMINISTRATIF

Le personnel administratif concourt au bon déroulement des épreuves d’examens qui ont lieu dans l’Université, notamment :

- en fournissant la liste d’émargement des étudiants de l’épreuve,
- en préparant les salles et disposant les copies selon le plan prévu,
- en prenant les dispositions adaptées aux étudiants handicapés,
- en s’assurant, le cas échéant, assisté du responsable de la salle, de l’identité de l’étudiant, et en le faisant émarger,
- en assistant au décompte des copies en fin d’épreuve,
- en conservant les notes et les copies des examens terminaux après délibérations.

En aucun cas, le personnel administratif ne peut se substituer aux enseignants pour les tâches qui leur incombent.

4/ LES ÉPREUVES

Les partiels et les examens terminaux (Les épreuves d’examen) se déroulent dans les locaux désignés par le Président de l’Université ou son représentant ; elles sont organisées de telle manière que nul ne puisse mettre en doute la validité des notes et diplômes qu’elles contribuent à décerner. Les dispositions suivantes précisent leur organisation :

1) Tous les étudiants inscrits à un même élément constitutif et à une même formule d’examen (formule d’examen standard, formule d’examen pour l’enseignement à distance ou formule d’examen dérogatoire) subissent des épreuves de même type et de même nature.

2) Les épreuves sont organisées de manière à minimiser les chevauchements. Les UFR prennent les dispositions quand les chevauchements sont inévitables.

3) Seuls sont admis à pénétrer dans la salle et à composer les étudiants inscrits à l’épreuve dans le mode de contrôle correspondant. Si un étudiant affirme devoir composer et ne figure pas sur la liste d’émargement, il compose sous réserve de vérification, son nom est ajouté à la liste d’émargement. Au cas où l’étudiant aurait composé à tort, la note de cette nouvelle composition ne peut en aucun cas modifier une note précédente éventuelle.

4) L’ouverture des sujets est effectuée par les enseignants responsables avant la distribution des sujets.

5) Les épreuves sont surveillées par au moins deux enseignants, dont l’un de la matière enseignée. En cas de pluralité de salles, l’enseignant responsable de la matière assurera la coordination entre les salles.

6) L’identité des étudiants qui composent est vérifiée par la présentation de la carte d’étudiant ou, à défaut, d’une pièce avec photographie justifiant son identité ; ils signent la feuille d’émargement qui est conservée par l’Administration avec les copies dont elle suit le sort.

7) A l’issue de l’épreuve, toutes les copies remises doivent être anonymées. L’anonymat ne peut être levé qu’au moment de la collecte des notes.

8) Pour chaque épreuve, il est dressé un procès-verbal d’examen comportant la date et la nature de l’épreuve, le nom et l’émargement des surveillants, le nombre de signatures et celui des copies relevées, ainsi que les incidents de toute nature, y compris les fraudes et tentatives de fraudes, qui ont marqué l’épreuve et pourraient entacher sa validité partielle ou totale.

5/ LES JURYS

Les jurys sont désignés par le Président de l’Université. Ils sont constitués des enseignants ayant contribué à la formation, et d’eux seuls. Le secrétaire des étudiants handicapés est présent à titre consultatif. Les jurys délibèrent souverainement sur les résultats qui leur sont communiqués en vue de décerner les diplômes ; ils arrêtent la liste des étudiants reçus et décernent les mentions. Lorsque des notes sont modifiées par le jury pour admettre un candidat, la mention passable (délibération spéciale) figure sur le procès-verbal collectif de délibération.

1) Rendues définitives par la délibération, les notes ne peuvent être modifiées que par le jury, et seulement en cas d’erreur matérielle. En cas d’impossibilité de réunir le jury, le Président du jury et le directeur de l’UFR procèdent à la rectification et en informent le Président de l’Université.

2) Les jurys sont informés des fraudes, tentatives de fraude et présomptions de fraude qui ont été notées durant l’épreuve. Ils transmettent les faits à la section disciplinaire de l’Université.

6/ LES FRAUDES

Les fraudes aux examens sont des délits de nature disciplinaire régies par la loi du 23 décembre 1901. Les fraudes de quelque nature qu’elles soient doivent être mentionnées sur le procès-verbal si elles sont décelées au cours de l’épreuve. En cas de flagrant délit, le responsable saisit les pièces en cause pour les joindre au rapport qu’il établira. En cas de substitution de personnes, troubles persistants, insultes ou menaces envers les enseignants ou le personnel, etc. le responsable de la salle, agissant par délégation du Président, peut procéder à l’expulsion immédiate du ou des fautifs. Dans des cas plus graves, l’épreuve peut être annulée et reportée.

L’établissement du procès verbal sur les faits constatés n’interrompt pas le déroulement des épreuves.

Le responsable note les faits et rédige un rapport circonstancié. Les témoins éventuels contresignent le rapport qui est présenté au Président de l’Université pour saisine de la section disciplinaire.

Si la fraude est décelée lors de la correction des épreuves, un rapport est établi dans les mêmes conditions.

Les fraudes portant sur des objets autres que les examens : production de certificats frauduleux ou falsifiés ; falsification de documents, certificats et diplômes de l’Université sont transmis à la justice civile avec une plainte pour faux en écritures publiques, indépendamment de l’action devant la section disciplinaire de l’Université.