[ fr ]

La mise en œuvre de la réforme « L-M-D » à Paris Ouest Nanterre La Défense

Mise à jour: 2 septembre 2005.

Des parcours de formation personnalisés

Les textes réglementaires relatifs à la licence et au Master laissent aux établissements beaucoup plus d’autonomie que par le passé dans la définition des contenus et des modalités de contrôle des connaissances.

Dans ces mêmes textes, l’accent est mis sur la nécessité de construire l’offre de formation de telle sorte que les étudiants puissent se construire un parcours personnalisé en fonction de leurs acquis, de leurs objectifs et de leurs centres d’intérêt avec des possibilités de changer d’orientation à tous les niveaux. Toutefois, pour que les choix des étudiants soient cohérents, aucun parcours totalement à la carte ne leur est proposé. L’individualisation se fait au sein de « parcours types [1] » proposés par les établissements.

Pour construire ses parcours types, Paris X-Nanterre s’est dotée de quelques règles communes à toutes ses composantes, à tous ses domaines de formation et aux deux niveaux : licence et master.

La définition des crédits

Il est considéré qu’en moyenne, pour valider un semestre, un étudiant doit consacrer de 600 à 750 heures de son temps à ses études. Il en résulte qu’un crédit équivaut à une charge de travail comprise entre 20 et 25 heures [2]. Le travail en présentiel, c’est à dire, les cours magistraux, les travaux dirigés, les travaux pratiques ou les séminaires, ne peut excéder 50% de la charge totale de travail.

Cette norme d’un crédit pour 20 à 25 heures de travail est retenue, en France et en Europe par la plupart des établissements d’enseignement supérieur.

Une typologie des unités d’enseignement

Les parcours types sont des ensembles d’unités d’enseignement articulées entre elles de façon à assurer les objectifs assignés à la formation. Afin de rendre lisibles les parcours de formation et de répondre aux exigences des textes réglementaires, les unités d’enseignement sont regroupées en trois catégories :

- Les unités d’enseignement fondamental (UEF) regroupent les enseignements et les activités jugés indispensables pour que l’étudiant puisse prétendre à l’issue de son parcours de formation être diplômé en...
- Les unités d’enseignement complémentaire (UEC) regroupent les enseignements ou les activités qui permettent à l’étudiant de construire son projet d’études et son projet d’insertion professionnelle, d’acquérir des méthodes, d’acquérir la maîtrise d’au moins une langue vivante ou une langue ancienne et d’acquérir des connaissances ou des compétences complémentaires à celles transmises dans les unités d’enseignement fondamental. Ces unités d’enseignement complémentaires constituent la part d’individualisation dans la construction des parcours.
- Les unités d’enseignement libre (UEL) regroupent les enseignements et les activités que l’étudiant peut choisir librement éventuellement en dehors de son UFR et de sa discipline dans une liste pré-définie. Ces enseignements et activités visent sa culture générale, son épanouissement, l’acquisition de compétences transverses... Parmi-ceux-ci sont proposés des enseignements ou des activités assurés par le Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives (SUAPS) et par le service des affaires culturelles.
Parmi les Unités d’enseignement complémentaire, sont offertes des unités de renforcement de la discipline majeure et des unités d’enseignement d’une discipline mineure.
- Les unités de renforcement disciplinaire regroupent des enseignements ou des activités qui permettent à l’étudiant qui les choisit d’étendre ces connaissances et ses compétences dans le champ de la discipline qui définit le diplôme qu’il prépare ou de combler d’éventuelles lacunes.
- Les unités d’enseignement d’une discipline mineure sont proposées à l’étudiant dans le souci d’élargir sa culture générale et de lui permettre une orientation progressive. La « discipline mineure * » se définit comme une discipline qui entretient des liens avec la discipline qui définit le diplôme préparé. Ces unités d’enseignement reprennent tout ou partie des unités d’enseignement fondamental proposées dans le cadre des parcours de formation qui aboutissent à un diplôme de cette discipline.

Le poids en crédits de chaque type d’unités d’enseignement

Type d’unités d’enseignement Licence Master
UEF De 50 à 60% des 180 crédits Au moins 60% des 120 crédits
UEC De 30 à 40 % des 180 crédits Au moins 10% des 120 crédits
UEL De 5 à 15% des 180 crédits Au moins 5% des 120 crédits

Les parcours de formation conduisant au grade de licence

Les parcours pré-licence doivent permettre aux étudiants de s’orienter progressivement selon leurs capacités et selon leurs projets. Cette orientation vise d’abord le choix de la discipline étudiée ou éventuellement des disciplines. Pour cela l’accent est mis sur la bidisciplinarité voire la pluridisciplinarité. Cette orientation vise ensuite le choix entre une insertion professionnelle immédiate et la poursuite d’études.

Selon les combinaisons d’UE qu’elles ont retenues, les UFR peuvent proposer 4 catégories de parcours types en licence qui répondent à ces préoccupations et qui peuvent déboucher sur des licences professionnelles qui sont désormais intégrées ou sur des licences plus générales visant la poursuite d’études en master.

Les parcours monodisciplinaires

Dans ces parcours l’étude d’une discipline mineure est limitée au premier et au deuxième semestres de la licence. L’accent est mis dans les unités d’enseignement complémentaire sur les enseignements méthodologiques, sur le renforcement disciplinaire, ou sur l’orientation post licence aux travers d’enseignements de découverte ou de pré-professionnalisation.

La réorientation dans une discipline mineure est possible à l’issue du premier ou du deuxième semestre, avec des rattrapages à effectuer.

Les parcours Majeure/ Mineure

Dans ces parcours, l’étude d’une même discipline mineure est rendue possible au cours des six semestres de la licence, permettant ainsi aux étudiants d’acquérir une double compétence.

La réorientation dans la discipline mineure étudiée est possible à l’issue de chacun des 4 premiers semestres de la licence, avec des rattrapages limités dès lors que l’étudiant a validé tous les semestres qui précèdent la réorientation.

Les parcours Bidisciplinaires

Dans ces parcours l’étude de deux disciplines à un même niveau est proposée. Les étudiants peuvent alors suivre toutes les unités d’enseignement fondamental des deux disciplines au cours des six semestres de la licence.

La réorientation dans l’une ou l’autre des disciplines est possible à l’issue de chacun des six semestres de la licence. Aucun rattrapage n’est demandé, dès lors que l’étudiant a validé tous les semestres qui précèdent la réorientation.

Les parcours monodisciplinaires et pluriculturels

Ces parcours sont constitués au cours des six semestres de la licence, de trois blocs d’unités d’enseignement : les unités d’enseignement fondamental d’une discipline majeure, les unités d’enseignement fondamental de la licence de langues, littératures et civilisations étrangères à l’exception des enseignements de littérature et enfin des unités qui reprennent des enseignement fondamentaux de la discipline majeure replacée dans le contexte des cultures associées à la langue étudiée. Ces derniers enseignements sont dispensés dans la langue vivante étrangère étudiée.

L’accès à ces parcours est soumis à la réussite à un test d’orientation linguistique.
La réorientation dans la discipline majeure et en langues littératures et civilisations étrangères est possible à l’issue de chacun des six semestres de la licence. Dans le premier cas, aucun rattrapage n’est demandé, dès lors que l’étudiant a validé tous les semestres qui précèdent la réorientation. Dans le second, les rattrapages demandés à l’étudiant sont limités aux enseignements fondamentaux de littérature dès lors que celui-ci a validé tous les semestres qui précèdent la réorientation.

Les parcours de formation conduisant au grade de master

Les parcours post-licence permettent aux étudiants de se spécialiser progressivement dans la discipline qu’ils ont choisie : spécialisation dans une sous-discipline scientifique, spécialisation dans un domaine d’application professionnel...

Toutefois, les parcours post-licence doivent permettre une orientation progressive et laisser ouvertes des passerelles d’une part entre spécialités, d’autre part entre voie recherche et voie professionnelle. Cela est rendu possible par le fait qu’ils s’adossent tous au potentiel de recherche et aux relations avec les milieux professionnels de l’établissement et des établissements partenaires, et cela dès leur conception.

Selon les combinaisons d’UE qu’elles ont retenues, les UFR peuvent proposer 2 catégories de parcours types en master qui répondent à ces préoccupations

Les parcours de formation en « V »

Les parcours de formation dits en « V » sont des parcours de formation dans lesquels le choix entre la voie professionnelle et la voie recherche s’opère dès l’entrée du Master. Les spécialités commencent réellement au premier semestre et chacune d’elles est clairement identifiée recherche ou professionnelle. Très peu de masters dans notre établissement sont construits sur ce modèle.

Les parcours de formation en « Y »

Les parcours de formation dits en « Y » sont des parcours de formation dans lesquels le choix entre la voie professionnelle et la voie recherche s’opère à l’issue du deuxième semestre du Master. Les spécialités commencent réellement au troisième semestre et chacune d’elles est clairement identifiée recherche ou professionnelle.

Les parcours de formation en « T »

Les parcours de formation dits en « T » sont des parcours de formation dans lesquels le choix entre la voie professionnelle et la voie recherche s’opère à l’issue du troisième semestre du Master. Les spécialités commencent réellement au troisième semestre et elles sont à la fois recherche et professionnelles. La distinction s’effectue par le choix au quatrième semestre entre la rédaction d’un mémoire qui constitue une initiation à la recherche et un stage en milieu professionnel.

[1Se reporter au lexique pour avoir la définition exacte du terme employé.

[2Pour rappel, un semestre équivaut à 30 crédits.