[ fr ]

24 mai : représentation du théâtre bilingue ’Double Trouble’

Projet ’scènes de reconnaissance’

Mis en ligne par : Yan Brailowsky . Mise à jour: 14 mai 2012.

Le jeudi 24 mai à 19h, dans la Maison de l’Étudiant.

ENTREE GRATUITE, venez nombreux !

Un spectacle construit autour de scènes de reconnaissance du théâtre français et anglais du XVIe au XVIIIe siècles (Shakespeare, Molière, Crébillon...).

L’invitation sur Facebook.

Distribution

Spectacle en français et en anglais, avec Emmanuel Brun, Marine Dassé, Maeve Delargy, Anthony Gomes, Louise Krieger, Milena McCloskey.

Programme

Introduction des scènes en français

Dans L’Illusion comique de Corneille (1639), grâce au magicien Alcandre, Pridamant voit derrière un rideau se dérouler la vie de Clindor, son fils qu’il a perdu de vue. Clindor meurt et Pridamant est désespéré.

Dans L’École de femmes de Molière (1662), Arnolphe veut épouser l’innocente Agnès, qu’il tient enfermée chez lui à l’abri de toute corruption. Arnolphe rencontre le jeune Horace.

Dans L’Avare de Molière (1668), Harpagon a deux enfants : Cléante, qui aime Mariane ; Élise, qui aime Valère, l’intendant de son père. Mais Harpagon a promis Élise à Anselme, un riche vieillard, et Valère à une veuve, souhaitant épouser lui-même Mariane. Juste avant notre scène, le cuisinier a accusé à tort Valère d’avoir volé la précieuse cassette qu’Harpagon cherche désespérément.

Dans la pièce éponyme de Catherine Bernard (1691), Brutus, qui avait contribué à établir la république en chassant le roi Tarquin, est confronté à une conjuration visant à rétablir la royauté. Il vient de condamner à mort un premier fils, Tiberinus, pour y avoir participé. Il fait ici face à son deuxième fils, Titus, qu’il croit innocent.

Dans son Électre (1708), Crébillon invente qu’Oreste a été élevé par Palamède qui, voulant le protéger, a échangé l’identité du jeune prince avec celle de son fils, Tydée. C’est donc en ignorant sa véritable naissance qu’Oreste arrive à Mycènes. Cette scène de reconnaissance attendue entre Électre et lui fait donc suite à une première reconnaissance, au cours de laquelle Oreste a appris qui il était.

Zaïre, dans la pièce éponyme de Voltaire (1732), élevée dans le sérail de Jerusalem, ignore son origine, mais se sait chrétienne et aime d’un amour réciproque le sultan, Orosmane. Nérestan, un soldat français, a promis la libérer avec d’autres chrétiens, parmi lesquels Lusignan, un vieillard.

Introduction des scènes en anglais

Dans La Nuit des rois de Shakespeare (c. 1600), pour se moquer de l’intendant Malvolio, trois personnages lui tendent un piège épistolaire : une lettre d’amour cryptée prétendument de la main de dame Olivia, la maîtresse de Malvolio. Sous le regard de Sir Toby, un parent d’Olivia, et de Sir Andrew Aguecheek, son compagnon de beuverie, Malvolio s’imagine que sa maîtresse l’aime et qu’il peut devenir comte. Il tente ensuite de déchiffrer la lettre apocryphe.

Dans Le roi Lear de Shakespeare (c. 1606), le vieux roi exile sa fille cadette, Cordelia, persuadé qu’elle n’a pas montré assez d’amour à son égard, léguant tout son royaume à ses deux filles aînées. Très vite, Lear se rend compte de son erreur et perd la raison. Cordelia revient de son exil français à sa recherche. Cordelia et un médecin sont au chevet du roi endormi. À son réveil, Lear peine à reconnaître que sa fille l’aime encore.

Dans A Jovial Crew, or the Merry Beggars (1642) de Richard Brome, Oldrents, un riche propriétaire, tombe dans une profonde mélancolie depuis qu’un magicien lui a prédit que ses deux filles deviendraient mendiantes. La prédiction se réalise quand son intendant prend la route avec un groupe de vagabonds, dont il est en fait le meneur, entraînant avec lui les filles de son maître (et leurs prétendants respectifs). Mais la vie des gueux est bien rude. Arrêtés, les joyeux trimardeurs sont conduits devant un juge, qui leur demande de jouer une pièce de théâtre pour divertir son triste invité – qui n’est autre qu’Oldrents !

Avec le soutien des Affaires culturelles, du Centre de recherches Anglophones, du Centre de recherches HAR, de l’UFR LCE et de l’UFR PHILLIA.

Le spectacle a été représenté en plusieurs étapes :

  1. 5 décembre 2011 (extraits dans le cadre du Festival international des arts de la scène, Nanterre),
  2. 4 avril 2012 (Montpellier), colloque-festival "scènes de reconnaissance"
  3. 24 mai 2012 (Nanterre), Maison des Étudiants, 19h, salle R09 (rez-de-chaussée).

Mots-clés:

Théâtre